A la Une du n°2

D’el Dorado à John Law - La fascination de l’Europe moderne pour les fabuleux métaux

Par Pierre-Yves Beaurepaire

Quelques années après l’effondrement des empires précolombiens, l’Amérique espagnole déverse son or et son argent sur le vieux continent. Les conquistadores nourrissent des rêves de fortune sans limites et les mythes comme celui de l’homme doré, el Dorado prennent le relais des descriptions des fabuleuses cargaisons des navires de retour des Indes occidentales. Pourtant, c’est toute l’Europe du XVIe siècle qui est non seulement fascinée par l’or et l’argent, mais qui se passionne pour les mines, de l’ancien comme du Nouveau Monde. 
 

Georgius Agricola (1494-1555) fonde avec son célébrissime De re metallica (publié post-mortem en 1556) l’exploitation des mines et de la métallurgie au milieu du XVIe siècle comme un authentique « art », qui suppose apprentissage, transmission des connaissances et maîtrise reconnue par les pairs. Il discrédite l’alchimie et considère la transmutation des métaux comme une chimère, mais il est bien forcé de constater que « les chimistes (au sens d’alchimistes) ont été et demeurent nombreux, partout dans le monde, et tous mettent en œuvre nuit et jour, toutes les ficelles de leur industrie dans le but d’empiler des monceaux d’or et d’argent ». De fait, et c’est un paradoxe, la soif européenne d’or et d’argent est de plus en plus sévère et ne peut être étanchée. Si le roi d’Espagne a sa part (le quint du roi) des retours précieux d’Amérique, il doit financer l’entretien d’un empire immense, où « le soleil ne se couchait jamais », selon l’expression du temps, et qui suscite de toutes parts des convoitises. 

 Pour lire l'intégralité de cet article :

Symbole et philosophie, c'est dans chaque numéro (100 pages) :

- un grand dossier thématique ;
- un portrait d’une grande figure vue sous l’angle symbolique et philosophique ;
- un regard sur les civilisations et les traditions d’ici et d’ailleurs ;
- des interviews ;
- une réflexion sur les questions de notre temps ;
- un panorama des rendez-vous culturels ;
- un zeste d’humour.

Cuzco, Pérou : fresque murale de la conquête espagnole